Café-philo du 22 février 2006 au Gil bar à Poitiers

14 personnes présentes.

Sujet proposés :

  1. L’infidélité [9] sujet débattu
  2. Faut-il mentir pour gouverner ? [2]
  3. Tout le monde peut-il créer ? [6]
  4. Faut-il avoir des certitudes ? [1]
  5. Les jeux olympique favorisent-ils le nationalisme ? [0]

Un texte de Philippe Brenot, inventer le couple, Éditions Odile Jacob, 2001, pp. 85-86)U

Cette morale du refoulement et de la contrition émane en définitive seulement de quelques textes qui seront inlassablement commentés, car il n’en existe pas d’autres ! Ce sont les éternelles Épîtres aux Corinthiens dans lesquelles Paul prône l’abstinence, la chasteté, le célibat : « S’ils ne peuvent se contenir, qu’ils se marient, mieux vaut se marier que brûler […]mais celui qui ne se marie pas fait mieux encore » (Corinthiens, VII,2) ou encore l’Épître aux Galates, témoignant d’une conception néo-platonicienne dualiste qui condamne sans équivoque le péché de la chair : « Frères, conduisez-vous selon l’Esprit et n’accomplissez pas les désirs de la chair. Car les désirs de la chair s’opposent à l’Esprit et ceux de l’Esprit à la chair : ils se contredisent l’un l’autre, Si bien que vous ne faites pas ce que vous voulez […]. On sait ce que produit la chair : débauche, impureté, libertinage, idolâtrie, magie, inimitiés, discordes, jalousies, colères, rivalités, divisions, coteries, haines, meurtres, orgies, ripailles et les choses du même genre. Je vous en avertis comme je l’ai déjà fait : ceux qui font de telles choses n’hériteront pas du Royaume de Dieu » (Galates, V, 16-24). Ce sera encore saint Jérôme, se retirant plusieurs années au désert pour tenter de faire disparaître ses visions érotiques, obsessions visuelles de danseuses, qui condamnera ainsi le désir : Si un homme aime trop intensément une femme, fût-elle la sienne, il est coupable d’adultère. « Rien de plus immonde que d’aimer sa femme comme une maîtresse. »

Les premiers gnostiques refuseront toute pensée charnelle, toute forme d’union, même légale. La chasteté abstinente devint alors une vertu suprême, un symbole d’humanité et de pureté s’opposant à l’image animale de l’accouplement sexuel. « Le premier vœu des chrétiens est l’abstinence absolue, l’exigence de virginité. L’amour chrétien se fonde sur l’enseignement paulinien d’une orthodoxie anti-désir. Le plaisir est interdit comme fin, il est gourmandise ou luxure, synonyme de vices . »

Trois siècles plus tard, les commentaires théologiques de saint Augustin viendront compléter cette condamnation de la chair et du mariage amoureux en renforçant les attitudes antisexuelles des premiers chrétiens : nous sommes les produits du désir, car nous avons été conçus dans le péché de la chair. Pour expier cette faute nous devons maîtriser nos désirs par la volonté. Seul le rapport sexuel fécondant est acceptable. Les autres sont péchés, même dans le mariage. Cette rigoureuse morale du refoulement qui domine encore partiellement notre civilisation n’est en réalité le fait que d’un petit nombre d’hommes tourmentés, névrosés et inhibés qui vivaient autour de la Méditerranée au début de notre ère mais dont l’influence a été considérable par le poids des Églises sur les États occidentaux. La pensée de Paul, de Matthieu, de Jérôme, commentée et rigorifiée par Augustin, a été systématisée par Thomas d’Aquin et intégrée au dogme de l’Église catholique selon un décret du pape en 1563. La sexualité non reproductrice ou accompagnée de plaisir devient alors « luxure », que ce soit dans le mariage ou en dehors. Elle est qualifiée de « péché contre nature », comme le sont les positions anormales du coït, l’homosexualité, la masturbation et la bestialité.

Lien Permanent pour cet article : https://philo-par-tous.org/2006/02/cafe-philo-du-22-fevrier-2006-au-gil-bar-a-poitiers/

5 commentaires

Passer au formulaire de commentaire

    • Valérie on 26 février 2006 at 15 h 13 min
    • Répondre

    Eh bien, avec tout ça nous sommes bien avancés !
    Après des millénaires, nous sommes encore en train de nous poser des questions !
    Je pense que lorsque nous sommes bien chez nous, nous n’éprouvons pas le besoin d’aller ailleurs. Si l’on décide d’allez voir ailleurs c’est pour combler un manque. Le problème est de trouver un équilibre dans le couple et de savoir de quoi l’on pourrait se passer de ce que l’on aurait pu connaître ailleurs.
    A l’époque du néolithique, l’homme pensaient que les enfants arrivaient par l’opération des esprits, mais ils avaient remarqués que les femmes ayant eu des rapports avec des hommes étaient plus visitées par les esprits. Durant bien des milliaires, les femmes avaient souvent de multiples relations et il était impossible de savoir qui était le père des enfants. Aujourd’hui parfois ce n’est pas forcement mieux.
    Certaines religions autorisent aux hommes à avoir plusieurs femmes et aussi plusieurs enfants de femmes différentes.
    Qui n’est pas fidèle ?

      • Guillaume on 26 février 2006 at 16 h 14 min
      • Répondre

      Ce n’est qu’en même pas possible de croire encore en 2006 qu’il y a une vie sexuelle acceptable ( je suis bien chez moi donc je ne vais pas voir ailleurs ) et que les infidèles ne font que combler un manque !!! Par pitié laissez ces pensées au placard des religions et des religieux qui ne comprennent pas que vivre est tellement court qu’on n’appartient pas à une personne donc nul besoin d’être fidèle.
      Ah que je regrette de n’avoir pu venir à ce café philo !

        • Valérie on 27 février 2006 at 15 h 14 min
        • Répondre

        C’est vrai que la fidélité est plus souvent féminine que masculine, c’est peut être pour cela que l’on dit la fidélité. L’homme quant à lui va souvent va voire ailleurs mais trouve sa virilité bien rabaissée si ça femme va voire ailleurs ! Souvent l’homme est un peu égoïste, plus facile d’accepter ses propres “divagations” que celle des autres

          • JF Chazerans on 2 février 2006 at 15 h 22 min
          • Répondre

          « Telle qu’elle nous est imposée, notre vie est trop lourde, elle nous inflige trop de peines, de déceptions, de tâches insolubles. Pour la supporter, nous ne pouvons pas nous passer de sédatifs. (Cela ne va pas sans »échafaudages de secours », a dit Théodor Fontane). Ils sont peut-être de trois espèces : d’abord de fortes diversions, qui nous permettent de considérer notre misère comme peu de chose, puis des satisfactions substitutives qui l’amoindrissent ; enfin des stupéfiants qui nous y rendent insensibles. L’un ou l’autre de ces moyens nous est indispensable. C’est aux diversions que songe Voltaire quand il formule dans Candide, en guise d’envoi, le conseil de cultiver notre jardin ; et c’est encore une diversion semblable que le travail scientifique.
          Les satisfactions substitutives, celles par exemple que nous offre l’art, sont des illusions au regard de la réalité ; mais elles n’en sont psychiquement pas moins efficaces, grâce au rôle assumé par l’imagination dans la vie de l’âme. Les stupéfiants, eux, influent sur notre organisme, en modifient le chimisme. […]. Quels sont les desseins et les objectifs vitaux qui sont trahis par la conduite des hommes, que demandent-ils à la vie, et à quoi tendent-ils ? On n’a guère de chance de se tromper en répondant : ils tendent au bonheur ; les hommes veulent être heureux et le rester. Cette aspiration a deux faces, un but négatif et un but positif : d’un côté éviter douleur et privation de joie, de l’autre rechercher de fortes jouissances. En un sens plus étroit, le terme « bonheur » signifie seulement que ce second but a été atteint. En corrélation avec cette dualité de buts, l’activité des hommes peut prendre deux directions, selon qu’ils cherchent – de manière prépondérante ou même exclusive – à réaliser l’un ou l’autre.
          On le voit, c’est simplement le principe du plaisir qui détermine le but de la vie, qui gouverne dès l’origine les opérations de l’appareil psychique ; aucun doute ne peut subsister quant à son utilité, et pourtant l’univers entier – le macrocosme aussi bien que le microcosme – cherche querelle à son programme. Celui-ci est absolument irréalisable ; on serait tenté de dire qu’il n’est point entré dans le plan de la « création » » (S. Freud, Malaise dans la civilisation, PUF, 1971, pp 18-19)

          • Guillaume on 3 mars 2006 at 15 h 18 min
          • Répondre

          Je ne pense pas que l’infidélité me semble moins un problème que pour d’autre parce que je suis un homme. J’affirme aussi que l’infidélité pour moi n’est pas un problème ( ce qui ne veut pas dire que je suis infidel pour autant… je me situe ici sur une réflexion intellectuelle et pas sur la justification des mes expériences et de mes actes !) car l’infidélité comme la fidélité n’existe pas. J’ai de plus en plus de mal à me convaincre que cette pensée, très judéo chrétienne, d’un homme et une femme pour la vie, qu’un homme et un homme, qu’une femme et une femme aussi d’ailleurs ; j’ai du mal à croire que cette idée a encore un sens réel aujourd’hui.
          Se dire à n’importe quel age de notre vie, voilà je suis avec une personne pour toute ma vie c’est comme prendre un crédit sur 20 ans et perdre son emploi au bout de deux ; c’est comme devenir fan d’un chanteur ou d’une chanteuse et d’avoir tous les disques dans sa chambre et s’habiller comme l’être vénérer et après trois ans ne plus écouter ses chansons.
          Mon système de pensées est basé sur l’incertitude c’est évident par ces mots. Etre incertain vis à vis de l’avenir je le revendique car je pense que cela permet de rester étonner à chaque jour passé sur cette planète.
          Alors pour en revenir à l’infidélité, je n’accepte plus cette pensée en 2006 non pas parce que je suis un homme mais parce que si je l’acceptais, j’accepterais de fait que je peux prévoir l’avenir et qui peut dire que dans dix ans je serai toujours avec la même personne à mes côtés ? Qui peut dire que cette fidélité que je veux pour moi et la personne à mes côtés est bonne et juste.
          C’est un peu égoiste, c’est même très égoiste de ma part de vouloir être fidel et vouloir que la personne qui m’accompagne le soit aussi. Car par là je l’empèche peut être de vivre sa vie en lui imposant mon amour qu’elle peut ne plus vouloir à un moment de sa vie.
          C’est, sans doute je pense, un plus grand respect de l’autre que d’être pour l’infidélité ( ce qui ne veut pas dire que l’infidélité sera effective ) plutot que d’ériger l’infidélité en une sorte de satan.
          La vie est bien trop courte pour la gacher avec une personne si en adulte raisonnable on juge que cette vie n’est pas la notre.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.