Café-philo du 3 octobre 2007 au Café des Arts à Poitiers

14 personnes présentes.

Sujets proposés :

  1. Une vocation est-elle facile à vivre ? [5]
  2. À quoi sert Dominique ? [2]
  3. Peut-on acheter la philosophie ? [0]
  4. C’est quoi philosopher ? [5]
  5. L’ennui est-il utile à l’homme ? [9] / [9] sujet débattu
  6. Y a-t-il de l’espoir sans volonté ? [9] / [6]

Ennui nom, masculin.
1. Vif chagrin, grande tristesse.
2. Lassitude morale, absence d’intérêt pour toute chose. L’ennui naît de l’uniformité. Être rongé par l’ennui. Mourir d’ennui. Absence de tout intérêt, sentiment de vide produit par quelque chose. Il ne ressent que de l’ennui pour ce travail monotone.
3. Sentiment désagréable que provoque un souci, une contrariété ; ce souci, cette contrariété. Causer des ennuis à quelqu’un.

Ennuyer verbe, transitif.
1. Causer de l’ennui à, contrarier (qqn). Cet échec l’ennuie beaucoup.
2. Importuner, lasser. Il ennuie tout le monde avec ses exigences. Rebuter, susciter un ennui profond chez. Un conférencier qui ennuie son auditoire.
3. Éprouver un ennui profond, se morfondre. Il est seul, il s’ennuie toute la journée. S’ennuyer de : regretter ou être affecté par l’absence, l’éloignement de…

– L’homme, parce qu’il a peur de l’ennui se surcharge d’activités ; il s’occupe. Cet activisme lui permet de ne pas se retrouver face à lui-même.
– Il faut peut être élargir le terme d’activité pour ne pas le connoter systématiquement avec le loisir mais plutôt considérer l’ensemble des actions que l’homme est amené à faire.
– Ennui et activité ne sont pas opposables avec évidence. On peut s’ennuyer en faisant des activités. L’ennui, ce serait plutôt ; ne pas avoir d’intérêt à…
– Les activités sont si nombreuses et diverses qu’il est difficile d’imaginer que qui que ce soit ne puisse trouver un intérêt à l’une d’elles ! Le monde, dans sa diversité, constitue donc un filet de sécurité contre l’ennui.
– On peut s’ennuyer dans certaines activités (à l’école par exemple) mais aussi ne pas s’ennuyer en étant seul (méditer, réfléchir).
– On peut s’ennuyer et ennuyer les autres.
– C’est parce que l’on s’ennuie que l’on se met en action.
– Avoir un ennui c’est avoir un problème.
– L’ennui peut être un signal.
– L’ennui s’est quand il n’y a rien ni personne qui m’ennuie, ni qui ne m’intéresse. C’est alors quand je suis dans une totale solitude.
– Il y a quelque chose de l’échec dans l’ennui.
– L’ennui renvoie un sentiment de dévalorisation de Soi ; de ne pas être intéressant.
– L’ennui est souvent associé à la routine
– L’ennui peut aider à dépasser la situation ennuyeuse.
– L’ennui c’est un désagrément, quel qu’en soit la nature : problème qui nous arrive, désintérêt à…, vide ou solitude, perte de…, .l’ennui est une situation qui renvoie à de l’insatisfaction.
– La réflexion sur soi même est épuisante et le vide social peut conduire à la dépression.
– Cela peut être inhibant ou stimulant ; c’est une affaire de caractère, donc de psychologie.
– De ce point de vue, l’ennui de quel que chose est une posture personnelle, car dans une même situation ou lors d’un même évènement chacun percevra ennui ou intérêt selon ses propres perceptions. Ce que je fais ou je vis m’intéresse ou pas et j’en retire quelque chose ou pas. De même, il réagira à cette situation en ne réagissant pas (aller au cinéma voir un navet et rester dans la salle tout le film quand même !) ou en dépassant la situation vécue, c’est-à-dire en provoquant un dépassement. L’ennui, ce n’est pas les autres, c’est soi même. Pourtant, il y a des conditions qui ébranlent sérieusement la volonté personnelle car elles sont carcérales et aliénantes. On est alors dans un rapport entre Soi et son environnement.
– L’homme s’ennuie t-il ? Car l’homme réfléchit, pense et peut donc s’occuper indépendamment de toute action concrète. N’est-ce pas justement parce qu’il pense qu’il peut s’ennuyer. Car il pense sur lui (il pense aussi à lui, mais ceci est un autre question). Cette réflexivité (ou récursivité) lui permet de chercher à donner du sens à ce qu’il éprouve : « je vis, suis-je satisfait de ce que je vis » et en même temps de chercher à y remédier : « puis-je trouver une satisfaction ailleurs ou autrement ? » L’animal ne s’ennuie pas, il éprouve le monde sans porter de regard ni de jugement sur son rapport au monde et sur la perte du sens que son « vivre » pourrait avoir par rapport à son idéal de vivre.
– On évoque dans les sondages que les français s’ennuient ! Existe il un ennui collectif ? S’il existe, est il la somme de l’ennui des individus ou a-t-il un statut particulier ?
– L’ennui n’est pas quelque chose que l’on recherche spontanément. Alors, si l’on ne cherche pas l’ennui, peut-être cherche t-on à l’éviter ? Ainsi, quand nous le rencontrons, nous avons peut-être tendance à chercher à palier cet ennui et donc à rechercher une solution. Ce n’est pas l’ennui qui est utile c’est ce qu’il génère comme conséquence.
– Lorsque l’on s’ennuie, le temps est long car on ne sait pas comment l’occuper avec intérêt. Alors on tue le temps… Avant que se soit lui qui nous tue !
– Les emmerdeurs, autrement dit, ceux qui nous ennuient nous aident ils à nous construire ? Là encore, leur utilité qui consisterait à rechercher une situation plus satisfaisante que leur présence, sera fonction de notre propre capacité à réagir.
– L’ennui n’est pas utile car nous n’avons pas besoin de cet état pour réfléchir et agir. Même dans une situation de bien être nous pouvons faire cela.
– Est-il possible de ne jamais s’ennuyer ?
– Ennui et paresse.
– A la question de l’utilité on peut associer la question de la nécessité de l’ennui pour que l’Homme se construise. Si l’ennui est une insatisfaction, une résistance au bonheur alors est-il nécessaire que l’Homme l’éprouve pour que l’humanité se construise ?
– Qu’est-ce qu’être utile ? Parle t-on de ce qui sert à quelque chose ? Et alors il faut préciser à quoi cela sert ? Avec le risque du relativisme ou du psychologisme : selon-moi, etc. ou bien entrevoir ce qui serait utile à l’Homme du point de vue de l’humanité ou de son humanité, recherchant alors une approche universaliste ?

Lien Permanent pour cet article : https://philo-par-tous.org/2007/10/cafe-philo-du-3-octobre-2007-au-cafe-des-arts-a-poitiers/